Revue de presse du 26 mars

Ces derniers jours dans la presse égyptienne :

– L’ancien ministre de l’Intérieur sous Moubarak, Habib el-Adli, a finalement été relâché hier après 4 ans passés en prison. Entre 2014 et 2015, il a été successivement acquittée de toutes les charges pesant contre lui (corruption, détournement de fonds, meurtre de manifestants). La seule peine qu’il a purgée est une peine de 3 ans, confirmée en février 2014, pour avoir exploité de jeunes conscrits en les faisant faire des travaux dans sa propre maison. Étant donné qu’il a déjà passé ces trois années en prison, il a pu être libéré.

– Yémen : le Ministre des Affaires étrangères yéménite a déclaré hier que l’Égypte et le Conseil de Coopération du Golfe avaient accepté d’intervenir militairement au Yémen pour contrer la progression des rebelles et soutenir le gouvernement. Un vent de critiques et d’inquiétudes sur l’engagement de l’Égypte dans le conflit s’est immédiatement soulevé sur la toile et les réseaux sociaux, mais le Ministre égyptien des Affaires étrangères a rapidement démenti tout projet d’intervention militaire au Yémen.

Hier soir cependant, le Ministre des AE a fait une nouvelle déclaration, dans laquelle il indique que l’Égypte se coordonne avec l’Arabie Saoudite pour intervenir contre les Houthis dans le cadre de l’opération « Tempête de fermeté » (عاصفة الحزم) et apporter un soutien politique et militaire, en engageant des forces aériennes et maritimes.

El Watan publie les détails des contributions à l’intervention : 100 avions et 150 combattants pour l’Arabie Saoudite, 20 avions pour les Émirats, 15 pour le Bahrein, 10 pour le Qatar, 6 pour la Jordanie, le Maroc et le Soudan. L’Égypte n’a pas encore annoncé à ce stade de chiffres quant à sa contribution.

Le MAE a indiqué que cette intervention relève de « la responsabilité historique de l’Égypte quant à la sécurité de la nation arabe et la sécurité de la région du Golfe » (voir Al-Masry Al-Youm). Le Conseil de Coopération du Golfe a pour sa part donné un accord officiel à une intervention arabe au Yémen, en réponse à la demande du Yémen. Tous les journaux en ligne publient des images des préparatifs militaires an Arabie Saoudite et les premières images des interventions sur le territoire yéménite.

Pour une meilleure compréhension de la situation au Yemen, voir cet article de Laurent Bonnefoy sur Orient XXI.

– Parallèlement, l’Égypte a proposé à la Ligue arabe la création d’une force militaire arabe conjointe, proposition qui devrait être discutée lors du sommet de samedi. Le Président Sissi a notamment appelé à la création d’une telle force pour « lutter contre le terrorisme », après l’exécution de 21 otages coptes par l’État islamique en Libye en février dernier. Sept projets sont en cours de discussion.

– Meurtre de Shayma el-Sabbagh : le porte-parole de la médecine légale selon lequel Shayma a succombé au tir de grenaille qui l’a atteinte parce qu’elle était « trop maigre » (voir revue de presse précédente) a finalement été démis de ses fonctions peu après sa déclaration. En revanche, l’activiste et avocate pour les droits de l’Homme Azza Soliman, qui avait assisté au meurtre le 24 janvier alors qu’elle était assise dans un café à proximité et qui s’était volontairement présentée pour témoigner, a été notifiée de son inculpation pour « manifestation non-autorisée » et « trouble à la sécurité et à l’ordre public ». 16 autres ont également été inculpés. La première audience est prévue pour le 4 avril prochain. La FIDH parle de harcèlement judiciaire.

– Tous les journaux font mention des félicitations adressés par les Affaires étrangères américaines à l’Égypte, au Soudan et à l’Éthiopie quant à l’accord de principe sur le barrage de la Renaissance, qualifié de « pas important vers l’avant ». Paradoxe des médias égyptiens qui jouent régulièrement la carte de l’anti-américanisme tout en s’empressant de diffuser toute déclaration américaine favorable et approuvant la politique des autorités.

– Nouvelle politique des visas : Al-Masry Al-Youm publie un article indiquant d’après des sources proches du dossier, que la fin de l’obtention du visa à l’arrivée à l’aéroport pour les voyageurs individuels est liée à l’afflux d’activistes politiques et de défenseurs des droits de l’Homme, qui a commencé après la dispersion du sit-in de Raba’ Al-Adaweya.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s