Mois: février 2015

Nouveau massacre au Caire avant un match de football

Entre 14 et 30 jeunes supporters du club de foot de Zamalek, âgés de de 17 à 23 ans, sont morts hier lors d’affrontements avec les forces de police au Stade des Forces armées. 14 morts est le chiffre annoncé officiellement par le Ministère de la Santé hier soir. Le groupe Ultras White Knights a publié hier soir la liste de noms de 22 jeunes hommes décédés. Des sources médicales évoquent entre 25 et 30 morts. Selon le bilan officiel, le nombre de blessés s’élève à 25.

Depuis le massacre de Port Saïd en février 2012 (72 morts lors d’affrontements avec la police à l’intérieur du stade de Port Saïd), les autorités égyptiennes ont imposé la fermeture des stades au public lors des matchs de football. Depuis trois mois, elles ont décidé de lever progressivement ces restrictions en autorisant l’entrée de 10000 spectateurs dans les stades principaux du Caire et d’Alexandrie, et 5000 dans ceux des autres villes. Les places pour le match d’hier étaient réparties entre 5000 tickets mis en vente et 5000 invitations. D’après cette source, Mortada Mansour, le Président du club de Zamalek, a décidé quelques jours avant le match de transformer les 5000 tickets en invitations. (suite…)

Publicités

Revue de presse du 8 février

Dans l’actualité égyptienne ces derniers jours :

– Le militant révolutionnaire Ahmed Douma, ainsi que 229 co-accusés, ont été condamnés le 4 février à la prison à perpétuité pour « rassemblement illégal », « possession d’armes », « troubles à l’ordre public », « vandalisme » et « incitation à la violence ». Le juge Shehata, qui a prononcé le verdict, a récemment condamné les journalistes d’Al-Jazeera à des peines de 7 à 9 ans de prison, ainsi que 183 soutiens des Frères musulmans à la peine de mort. Plus d’informations en français sur le Monde. (suite…)

Revue de presse du 3 février

Aujourd’hui dans l’actualité égyptienne :

– Journalistes d’Al-Jazeera : le journaliste australien d’Al-Jazeera Peter Greste, condamné à sept ans de prison en juin 2014 pour diffusion de fausses informations et soutien à une organisation terroriste, a été expulsé d’Égypte dimanche 1er février. Il retourne en Australie, où il devra cependant purger une peine de prison s’il est à nouveau condamné lors du procès en appel des trois journalistes d’Al-Jazeera. Pour une analyse plus approfondie, voir l’article du Monde ici. Mohammed Fadel Fahmy, un des deux autres journalistes emprisonnés, a annoncé avoir renoncé à sa nationalité égyptienne, ne conservant que sa nationalité canadienne et espérant ainsi pouvoir être à son tour expulsé vers le Canada. (suite…)

Revue de presse du 1er février

Aujourd’hui dans la presse égyptienne :

– Une série d’attaques s’est produite jeudi dans le nord du Sinaï. Le bilan est d’au moins 33 morts et 62 blessés. Le groupe terroriste rattaché à Daesh, Ansar Beit el-Maqdis, a revendiqué la responsabilité des attaques. L’état d’urgence dans le Sinaï (mis en place fin octobre en réponse à d’autres attaques meurtrières) a été prolongé de trois mois en conséquence. Le Président Sissi a écourté sa visite à Addis-Abeba (sommet de l’Union Africaine) pour retourner en Égypte. Vendredi soir, des milliers de personnes se sont rassemblées à l’occasion de l’enterrement des soldats dans différents endroits, pour témoigner leur soutien à l’armée et demander qu’un réponse ferme soit apportée aux attaques. Sissi doit rencontrer  les responsables des différents partis politiques pour discuter de la situation sécuritaire dans le Sinaï. Certains craignent que la situation ne conduise à repousser de nouveau les élections parlementaires. Le journal Al-Masry Al-Youm indique que les forces armées préparent la « bataille de la vengeance« . Quant à Sissi, il a déclaré après une réunion avec les représentants des forces armées que « l’Égypte faisait face à une bataille longue et difficile ». Il a également rejeté la faute sur « l’organisation secrète la plus forte du monde », les Frères musulmans, sans faire aucune différence entre les différents groupes islamistes. Sur les réseaux sociaux, c’est l’émoi qui domine, et de nombreux hashtags de soutien aux forces armées circulent.

(suite…)