Revue de presse du 14 décembre

Aujourd’hui dans la presse égyptienne :

– la plupart des journaux (El-Wafd, El-Yom, El-Sabe3, El-Masry El-Youm, Garida el-Destour) se réjouissent des dernières déclarations de Christine Lagarde, directrice générale du FMI, sur l’Egypte. Elle a indiqué hier que l’Egypte était « sur la bonne voie » et que beaucoup d’éléments positifs étaient apparus sur le plan économique dernièrement, et qu’elle espérait que l’Egypte poursuivrait dans la voie des réformes.- les autorités égyptiennes ont déféré 438 personnes proches des Frères musulamns et soutenant l’ancien Président Mohammed Morsi devant des tribunaux militaires. 139 d’entre eux sont accusés de la mort de trois policiers dans la province de Minya le 14 août 2013. Les 299 autres sont accusés de la mort de 5 civils lors d’affrontements entre islamistes et forces de l’ordre, ainsi que d’avoir brûlé le bâtiment du gouvernorat de la province de Beheira à Damanhour, le 14 août 2013 également.- terrorisme : les forces armées continuent leurs opérations anti-terroristes dans le Sinaï. Selon les chaines d’information d’Etat, la dernière leur aurait permis hier d’éliminer 10 djihadistes près d’El-Arish.- le NYT (http://www.nytimes.com/2014/12/14/world/middleeast/egypt-denies-entry-to-american-scholar-critical-of-its-government.html?_r=0) indique que Michele Dunne, ancienne diplomate et chercheuse du programme Moyen-Orient au Carnegie Endowment for International Peace s’est vue refuser l’entrée sur le territoire par les forces de sécurité à l’aéroport du Caire vendredi 12 décembre. Dans ses derniers travaux, Michel Dunne avait notamment critiqué les restrictions imposées par le gouvernement sur les ONG, ainsi que la répression menée contre toute forme de contestation politique. Le NYT rappelle qu’en août dernier, une délégation de Human Rights Watch venue présenter un rapport sur les événements de Raba’ el-Adaweya peu favorable au gouvernement s’était aussi vue refuser l’entrée en Egypte. Il rappelle aussi que Michele Dunne n’est pas la première universitaire à faire face à des mesures de restrictions : Emad Shahin, maintenant professeur à l’Université de Georgetown, a quitté l’Egypte en janvier après avoir fait l’objet de plaintes pour « espionnage », tandis que Amr Hamzawi, professeur de science politique à l’Université Américaine du Caire, a été interdit de quitter le territoire pendant plus mois et accusés d’insultes au système judiciaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s