Mois: novembre 2014

Revue de presse du 30 novembre…

Dans l’actualité égyptienne aujourd’hui :

– les manifestations islamistes du 28 novembre : les mesures de sécurité avaient été renforcées en prévision des manifestations du 28 novembre auxquelles avaient appelé plusieurs forces islamistes (pas majoritaires cela dit), et de très nombreux personnels et matériels de sécurité ont été déployés le jour même. La plupart des Egyptiens avaient prévu de rester chez eux, du fait de l’appel à manifester et des risques d’affrontements. Par ailleurs, depuis plus d’une semaine, les médias (en particulier les talk-shows télévisés) ne cessaient de parler des événements du 28 novembre à venir, insistant sur les risques d’explosion de violence et semant la peur chez une partie des citoyens égyptiens. Très peu de manifestations ont en fait eu lieu, ne dépassant pas les chiffres habituels. A noter cependant, des affrontements assez violents entre les forces de l’ordre à Matareya (quartier relativement pauvre et délaissé, bastion Frères, à proximité de l’aéroport du Caire). Le bilan de la journée est de 6 morts, 20 blessés et 244 personnes arrêtées. Sur la toile, les moqueries, blagues et commentaires ironiques vis-à-vis des islamistes se sont multipliés devant le flop des manifestations.

– le procès Moubarak : la justice a abandonné les charges pour complicité de meurtre contre Moubarak hier, le 29 novembre. L’ancien ministre de l’intérieur Habib el Adli et six conseillers ont aussi été blanchis des accusations de complicité de meurtre. En Juin 2012, Moubarak avait été condamné à la prison à perpétuité, mais le verdict avait été annulé pour des raisons techniques, et un nouveau procès avaient commencé en mai 2013, lors duquel la plupart des témoins avaient témoigné de façon favorable à l’ancien Président. Peu de temps après l’annonce de la décision du tribunal, des membres et véhicules des forces armées se sont massés aux abords de la place Tahrir pour mettre en place des barrages filtrants et empêcher les gens d’investir la place. J’ai moi-même fait les frais de leur « vigilance » hier puisque plusieurs soldats m’ont obligé à leur soumettre mon téléphone pour effacer les photos que j’avais prises sur place. Cela n’a cependant pas empêché plus d’un millier de personnes (selon la presse et les réseaux sociaux) de se masser sur la place pour contester la décision, certains manifestants scandant même des slogans demandant la chute du régime militaire. A noter que certaines chaînes de télévision privées pro-régime n’ont pas ou peu diffusé d’images des manifestations à Tahrir (CBC, MBC Masr, ONTv…), préférant le maintien des habituels talk-shows analysant le verdict comme une victoire de la justice. Les manifestants ont été dispersés par les forces de l’ordre plus tard dans la soirée, à grands renforts de gaz lacrymogène et de canons à eau (la répression a fait un mort). Chez les partisans de l’ancien président, la joie règne bien évidemment. Quant aux opposants, les révolutionnaires ont vu dans l’abandon des charges le signe de la mort de leur révolution. Sur les réseaux sociaux, les commentaires acerbes et ironiques fusent, les témoignages de colère et de frustration également. Quelques heures après le verdict, Moubarak confirmait lors d’une interview par téléphone qu’ils était innocent et se sentait la conscience tranquille, puis saluait ses partisans depuis la fenêtre de l’hôpital militaire où il purge actuellement une peine de 3 ans pour corruption (qui se termine dans 11 mois). Le procureur général de la république a annoncé aujourd’hui qu’il ferait appel à la décision du tribunal. Par ailleurs, il semble que ce verdict ait fait bouger quelques lignes (ou n’ait fait peut-être que renforcer une tendance) parmi certains supporters du régime actuel, jusqu’ici persuadés que le régime de Sissi est bien une poursuite de la révolution de 2011. Un exemple, celui de Mohammed Attya, porte-parole de la campagne Tahya Masr (campagne de soutien à Sissi lors de l’élection présidentielle et jusqu’à maintenant), est descendu manifester hier soir, appelant à une troisième révolution.

Publicités

Revue de presse des 10 derniers jours (18 novembre – 27 novembre)

Du fait d’une semaine un peu chargée, je n’ai pas pu publier de revue de presse ces derniers jours. Voici donc un petit récap’ (non-exhaustif) de la semaine pour compenser :

– les appels à manifester le 28 novembre de la part de certaines forces islamistes, le front salafiste en particulier, et une partie des Frères musulmans, se sont poursuivis. ces forces ont indiqué qu’elles auraient un plan pour faire face aux forces de l’ordre. Le gouvernement prend la menace très au sérieux (il l’a fait probablement enfler), et se trouve renforcé dans sa rhétorique anti-islamisme et anti-terrorisme. Les forces pro-gouvernementales (armée, police, bons nombres de médias entre autres) appellent à l’unité et à une réponse forte à ces manifestations. Cette stratégie laisse présager des confrontations violentes demain, vendredi 28 novembre. A noter que de nombreuses forces islamistes, dont beaucoup de jeunes des Frères musulmans, la Gama3a Islameyya (Groupe islamique) et son parti politique, le parti de la construction et du développement, ont refusé la participation aux manifestations. L’essentiel à savoir sur les appels à manifester se trouve ici (en anglais) http://cairoscene.com/ViewArticle.aspx?AId=44579-Everything-You-Need-To-Know-About-Nov-28th-Protest.

– la répression contre la jeunesse (en particulier pro-Frères musulmans) se poursuit, comme en témoigne la condamnation aujourd’hui de 78 mineurs (de 13 à 17 ans) à des peines allant jusqu’à 5 ans de prison. Ces jeunes avaient été arrêtés pour avoir participé à des manifestations appelant à la chute du régime actuel, et inculpés entre autres pour avoir organisé le blocage de routes et pour avoir terrorisé des citoyens. J’en profite pour signaler un très bon article bilan sur la contestation étudiante depuis la rentrée universitaire 2014 ici : http://celinelebrun.overblog.com/2014/11/egypte-la-contestation-etudiante-cible-de-la-repression.html.

– en ce qui concerne les activistes emprisonnés et en procès, le procès de Alaa Abd el-Fatah et de 25 autres activistes a été ajourné (du fait de la longueur des vidéos prises par les caméras de sécurité autour du Parlement lors des manifestations de l’année dernière pour lesquelles les activistes sont accusés d’avoir participé) et reprendra dimanche. La défense sera entendue dimanche. La mère et la soeur des activistes emprisonnés Alaa Abd el-Fatah et Sanaa Seif ont mis fin à leur grève de la faim le 19 novembre.

– le gouvernement a décidé d’élargir la zone tampon en cours de création à Rafah à 1 kilomètre au lieu de 500 mètres après la découverte de nouveaux tunnels plus longs entre Gaza et le Sinaï dans la zone. De nouvelles maisons devront être rasées et de nouvelles familles expulsées et déplacées dans la ville de Rafah pour permettre cet élargissement. A noter que le point de passage de la frontière de Rafah a été exceptionnellement ouvert aujourd’hui pour permettre à 250 Gazaouis de retourner à Gaza.

– Un père de famille et un médecin ont été acquittés lors du premier procès tenu en Egypte contre l’excision (mutilation génitale féminine). Une petite fille de 13 ans était décédée en 2013 sur la table d’opération alors que le médecin pratiquait une opération d’excision à la demande des parents. Les organisations pour les droits de l’homme ont fortement condamné ce verdict. Selon un rapport de l’UNICEF sur les mutilations génitales féminines, 74% des filles égyptiennes âgées de 15 à 17 ans ont subi ce type d’opération.

– beaucoup d’économie également dans la presse : le FMI a signalé que l’Egypte devait mettre en oeuvre plus de réformes économiques (politique de change plus flexibles, augmentation des réserves internationalesn réformes et investissement dans le secteur de l’énergie) ; le gouvernement égyptien s’efforce de lutter contre l’achat et la vente de devises au marché noir ; le Président Sissi, après avoir reçu une important délégation de représentants d’entreprises américaines, s’est rendu à Rome, puis à Paris, où il doit également rencontrer (entre autres), des représentants d’entreprises.

– Aujourd’hui, à l’occasion de la visite du Président Sissi en France, une cérémonie militaire s’est tenue devant le tombeau de Napoléon aux Invalides (sic). François Hollande a appelé le Président égyptien à poursuivre le processus de transition démocratique (re-sic) et indiqué que la France devait être un partenaire important de l’Egypte. Un nouvel accord de partenariat franco-égyptien a été signé pendant la visite ainsi qu’un accord sur la vente d’armements français à l’Egypte.

– Une nouvelle loi sur les entités terroristes a été approuvée hier par le Cabinet. La définition d’une entité terroriste donnée par la loi est la suivante : tout groupe qui perturbe l’ordre public ou menace la sécurité ou les intérêts de la société, ou qui effraie ou nuit aux citoyens ou menace leur vie, leurs libertés, leurs droits, leur sécurité, ou qui nuit à l’unité nationale. Selon la loi, est également considéré comme entité terroriste tout groupe qui nuit à l’environnement, aux ressources naturelles, aux moyens de communications et de transport, aux bâtiments privés ou publics, ou qui empêche le bon fonctionnement du service public, des autorités judiciaires, des lieux de culte, des hôpitaux, des institutions éducationnelles et diplomatiques, et des organisations régionales ou internationales. La loi donne le droit aux autorités de dissoudre ces groupes, de geler leurs avoirs et de saisir leurs biens, ainsi que d’arrêter leurs membres.

Pour finir, un article pas trop mal sur la culture (ou peut-être plutôt la tradition) politique égyptienne ici : http://www.dailynewsegypt.com/2014/11/23/egyptian-culture-influence-politics/, et un autre sur Egypte, Israël et les Palestiniens ici : http://www.huffingtonpost.com/dr-josef-olmert/egypt-israel-and-the-pale_b_6220928.html.

Revue de presse du 17 novembre

Dans la presse égyptienne aujourd’hui :

– les forces de sécurité (soldats et véhicules blindés) sont intervenues sur le campus de la branche féminine de l’Université d’Al-Azhar (université non-mixte) pour disperser des manifestations antigouvernementales. Plusieurs dizaines d’étudiantes proches des Frères musulmans manifestaient pour demander la fin du régime.

– cinq étudiants d’Al-Azhar ont aussi été transférés devant un tribunal militaire hier, accusés d’avoir provoqué une émeute et d’avoir incendié un bâtiment un janvier à la faculté d’ingénierie. Il sont aussi accusés d’appartenir à un groupe terroriste. La juridiction des tribunaux militaires a été étendus aux civils menaçant les installations publiques le mois dernier.

– La cour pénale du Caire a décidé hier de reporter le procès de l’affaire dite de « la chambre des opérations de Raba' » au 1er décembre. Mohammed Badie, ancien guide suprême des Frères musulmans, et 50 autres sont accusés d’avoir dirigé une chambre d’opération visant à semer le chaos lors du sit-in de Raba’ el-Adaweya après l’éviction de Morsi. L’un des accusés autorisés à prendre la parole pour exposer sa version des faits en début de séance en a profité pour indiquer qu’hier était l’anniversaire de Mohamed Sultan (prisonnier en grève de la faim depuis 300 jours et actuellement entre la vie et la mort à l’hôpital), ce à quoi le juge a ironiquement répondu « Mille félicitations ». Un autre accusé a pris la parole pour dénoncer les nombreux vices de procédures relatifs au procès, indiquant par exemple son impossibilité à rencontrer et contacter son avocat, et dénonçant également les conditions de visite des familles en prison (une visite tous les quinze jours seulement, conversations enregistrées). L’avocat de la défense Mohamed el-Damaty a à son tour protesté, dénonçant la présence de forces de l’ordre et de journalistes seulement (personne d’autre n’est autorisé à assister à l’audience) lors d’un procès supposé être public. Alors qu’il s’exprimait, son micro a été coupé.

– Une source proche des forces de sécurité a indiqué au journal El-Watan que les forces islamistes, qui ont pour la plupart appelé à des manifestations de masse le 28 novembre, préparent pour cette date plusieurs opérations terroristes de grand envergure. Selon les enquêtes forces de sécurité, les islamistes reçoivent des fonds étrangers en vue de préparer la journée du 28 novembre, en particulier des fonds du mouvement internationale des Frères musulmans. Leur objectif serait d’essayer de convaincre le monde qu’il existe une forte colère populaire en Egypte. Une source proche des Frères a indiqué que les étudiants proches des Frères organisaient de nombreuses réunions en préparation du 28, et se coordonnaient notamment avec des mouvements étudiants révolutionnaires pour organiser les manifestations au sein de l’Université Al-Azhar et de l’Université du Caire et empêcher les forces de sécurité de pénétrer l’enceinte des universités.

Revue de presse du 16 novembre

Dans la presse égyptienne aujourd’hui :

– le groupe terroriste Ansar beit el-Maqdis a fait circuler hier une vidéo de l’attaque du 24 octobre dans le Sinaï, près d’El-Arish, attaque qui avait fait 31 mors parmi les forces de sécurité. Cette vidéo est la première revendication officielle de l’attaque par le groupe, qui se caractérise comme une franchise de l’Etat islamique et se nomme elle-même « la province du Sinaï ». Un homme identifié comme le porteur de la bomber qui a explosé le jour de l’attaque adresse au Président Sissi le message suivant « Nous sommes les épées qui vous trancheront la tête ». La vidéo montre ensuite des images de l’attaque, ainsi que des images, plus anciennes, de soldats torturant des détenus, qui avaient beaucoup circulé il y a quelques temps.

– Aujourd’hui, c’est le porte-parole du Ministère de la Défense qui a fait circuler une vidéo donnant un aperçu en image des opérations de l’armée pour lutter contre le terrorisme dans le Sinaï, ainsi que de l’arrestation d’éléments terroristes.

– un comité d’investigation formé par le gouvernement pour étudier les violences qui ont lieu après l’éviction de Mohammed Morsi, en particulier les violences contre les Coptes, doit tenir sa dernière réunion aujourd’hui ainsi qu’une conférence de presse pour diffuser le rapport contenant les résultats de l’enquête. Le responsable de la rédaction du rapport, Iskandar Ghattas, a indiqué que le titre faisait référence aux « événements » de l’après Morsi et non à la « révolution du 30 juin », ce qui soulignait la neutralité du comité et du rapport, contrairement au rapport de HUman Rights Watch, qui selon Ghattas toujours, ne visait qu’à blâmer le gouvernement. Il a ajouté que le comité avait fait en sorte d’étudier les deux points de vue (celui des autorités et celui des Frères musulmans), même si les Frères avaient refusé de témoigner. Les premières conclusions du rapport semble pourtant blâmer entièrement les Frères musulmans et les islamistes en général, indiquant que leurs attaques étaient orchestrées de façon systématique et très organisée, en particulier contre les Coptes, et indiquant également que les Frères auraient provoqué le massacre de Raba’ el-Adaweya en tirant les premiers sur l’armée et les forces de sécurité.

– le gouvernement a donné son accord de principe sur la loi sur les nouvelles circonscriptions électorales en vue des élections parlementaires. Selon une source gouvernementale, quatre grandes circonscriptions auraient été définies pour le vote par liste (deux qui auront 45 députés, deux qui auront 15 députés), tandis que deux options auraient été définies pour le vote par nom (vote pour un candidat se présentant indépendamment d’une liste – ces indépendants doivent être 420 au Parlement en tout) : soit 246 circonscriptions, avec plusieurs sièges (2 ou 3) indépendants pour certaines d’entre elles, comme c’était le cas avant. Les deux options seront discutées nationalement jusqu’à mercredi, date à laquelle le gouvernement devrait choisir l’option définitive. Le comité technique en charge de la conception de la loi devrait aussi finaliser un certain nombre d’aspects tel que le compte du nombre de votants enregistrés pour chaque circonscription afin d’assurer une représentation juste de chacune d’entre elles au niveau national.

– Les forces armées ont annoncé avoir tué 10 terroristes dans le Nord-Sinaï dans le cadre de sa lutte contre le groupe Ansar Beit el-Maqdis et d’autres groupes extrémistes. Elle ont indiqué avoir également arrêté 54 terroristes/éléments criminels dans le Nord-Sinaï et les gouvernorats d’Ismailia et de Daqahliya. Les opérations menées ont par ailleurs permis de détruire 12 véhicules utilisés dans des attaques terroristes et une centaine de quartiers généraux appartenant à des terroristes, ainsi que deux entrepôts d’armes et de munitions.

de l’enquête. Le responsable de la rédaction du rapport a indiqué que le titre choisi fait référence aux événements

Revue de presse du 13 novembre

Dans la presse égyptienne aujourd’hui :

– La marine égyptienne a indiqué qu’un de ses navires a été attaqué hier par des terroristes en Méditerranée près de Domiette. L’attaque a fait 5 blessés et 8 disparus. Quatre des bateaux utilisés par les assaillants ont été détruits et 32 personnes arrêtées par l’armée.

– Le Président Sissi a publié un décret hier qui lui permet de faire rapatrier les prisonniers étrangers dans leur pays afin qu’ils soient jugés ou que leur peine soit appliquée dans leur pays d’origine. Le porte-parole de la présidence a indiqué que cette décision vise à « maintenir les intérêts de la nation et son image sur la scène internationale ». Il n’a en revanche pas été indiqué clairement à qui ce décret s’appliquera, et notamment s’il s’appliquera aux journalistes d’Al-Jazeera détenus en Egypte depuis 320 jours.

– Une voiture piégée a explosé près de l’ambassade d’Egypte en Libye, faisant seulement de légers dégâts matériels. La responsabilité de l’attaque n’a pas encore été revendiquée, mais il est possible qu’elle ait été organisée par des opposants au gouvernement Thinni, qui a reçu le soutien de l’Egypte (y compris sous la forme d’attaques aériennes) pour contrer l’expansion des radicaux.

– Un attaque dans le Sinaï près de Rafah aurait fait 5 morts parmi les membres des forces de sécurité ce matin.

– Une explosion dans le métro cairote à la station Helmyat el-Zeitoun a fait dix blessés ce matin.

– Le bonus d’aujourd’hui (en anglais) : http://www.thenation.com/article/190529/egypt-escalates-repression-against-human-rights-groups-and-ngos. Il s’agit d’un bon article sur la répression contre les ONG et les activistes droits de l’homme.

Revue de presse du 12 novembre…

Dans la presse égyptienne aujourd’hui :

– une bombe a explosé près d’un fast-food dans la ville de El-Arish dans le Sinaï (ville près de laquelle avait eu lieu l’attentat du 24 octobre) faisant 10 blessés. Les forces de sécurité étaient déjà en train d’évacuer les personnes présentes au moment de l’explosion, car une voiture volée garée dans la zone avait soulevé le doute.

– la Ministre de la Solidarité Sociale, Ghada Wali, brouille les signaux quant aux actions qui vont être entreprises vis-à-vis des ONG, alors que la période durant laquelle elles devaient obligatoirement s’enregistrer auprès des autorités s’est terminée le 11 novembre. Elle a par exemple indiqué que l’examen des cas d’ONG non-enregistrées attendrait la promulgation de la nouvelle loi sur les associations. Le Ministère aurait indiqué qu’il n’avait pas de plan clair sur les mesures à prendre à l’encontre des ONG non-enregistrées. Par ailleurs, à l’issue d’une conférence de presse mardi, la Ministre a déclaré que les autorités ne réprimeraient pas les compagnies ou les organisations travaillant dans le secteur de la société civile, qu’elles soient enregistrées dans le cadre de la loi sur les ONG ou dans le cadre d’une autre loi.

– Le procès en appel de l’activiste Alaa Abdel Fattah, et de 24 autres personnes, a été ajourné jusqu’au 17 novembre. Ils sont accusés d’avoir manifesté sans l’approbation du Ministère de l’Intérieur en face du Conseil de la Shoura le 26 novembre 2013. Ils manifestaient contre le jugement de civils par des tribunaux militaires. Ils sont aussi accusés d’avoir volé le talkie-walkie d’un policier et d’avoir été en possession d’armes blanches. Ils ont été condamné en juin à 15 ans de prison et une amende de 100 000 livres égyptiennes chacun.

– Ajournement également jusqu’au 22 novembre du procès de l’activiste Ahmed Douma et 268 autres accusés dans le cadre des « événements du conseil des ministres » (affrontements du 16 décembre 2011 entre forces armées et manifestations).

– Mahmoud Rihan, membre de la Fédération des Travailleurs du Transport a été mis en détention hier. Il est accusé d’avoir insulté le Président Sissi et d’avoir dévoilé des secrets touchant à la sécurité nationale sur Facebook.

– Des représentants de différentes églises chrétiennes égyptiennes et d’Al-Azhar viennent de participer à une conférence de deux jours pour tenter d’apporter une réponse à la montée de l’athéisme depuis 2011. L’athéisme est un énorme tabou en Egypte.

– Alain Gresh, journaliste et directeur du Monde Diplomatique, a été retenu pendant deux heures par la police dans un café du centre-ville du Caire, après avoir été dénoncée par une cliente du café car il parlait politique avec une journaliste et une étudiante égyptiennes. L’histoire complète est en anglais ici http://www.madamasr.com/news/politics/french-egyptian-journalists-held-caf%C3%A9-discussing-politics, et illustre bien le climat qui règne actuellement en Egypte, qu’il concerne la situation difficile des journalistes ou les actes de délation qui se produisent régulièrement au sein de la société. Je recommande l’article suivant de Belal Fadl http://www.madamasr.com/opinion/politics/egypt-nation-snitches-makes-comeback qui traite justement de la délation et historicise la question de façon intéressante.

Revue de presse du 11 novembre

Dans la presse égyptienne le 11 novembre :

– à l’issue de la rencontre entre une délégation américaine composée de nombreux représentants d’netreprise et du commerce et les officiels égyptiens, le Président Sissi a indiqué hier que les élections parlementaires devraient avoir lieu au début du mois de mars 2015. Il a également insisté sur les efforts entrepris par le gouvernement pour assurer la stabilité du pays et permettre une relance économique, ainsi que sur le respect par les autorités de la feuille de route de juillet de 2013, comme en témoignent la constitution et la tenue des élections présidentielles. Les représentants américains ont de leur côté insisté sur l’importance des relations économiques américano-égyptiennes, et le soutien des Etats-Unis à la réforme économique en Egypte, dont les plans économiques pour l’avenir ont été qualifiés de clairs et prometteurs.

– dans Al-Masry Al-Youm, Mohamed Salmawy (ancien porte-parole de l’assemblée en charge de la rédaction de la constitution) prend la défense de Fayza Abou el-Naga, la nouvelle conseillère de sécurité nationale nommée par le président Sissi et fortement critiquée sur la toile et aux Etats-Unis. Défense un peu plate dans laquelle l’auteur rappelle les nombreuses qualifications de la conseillère. Il indique cependant que sa nomination représente l’entrée dans une nouvelle phase pour l’Egypte, caractérisée par l’attribution des postes selon des critères de compétences, sans tenir compte du genre ou de considérations politiques. Il ajoute également que cette nomination, conforme aux principes anti-discriminatoires de la Constitution, ouvre la porte à l’investissement des plus hauts postes de l’Etat par les femmes.

– plusieurs commentaires sur l’allégeance d’Ansar Beit el-Maqdis à l’Etat islamique, dont voici quelques exemples : Sabra el-Qasimy, un ancien leader de l’organisation du djihad islamique considère cette allégeance comme une victoire pour l’armée égyptienne et sa guerre contre le terrorisme dans le Sinaï puisque le groupe Ansar a ainsi admis sa faiblesse et son besoin de soutien financier et moral. Il a ajouté que le groupe espère ainsi que de nouveaux membres pourraient se mettre à les rejoindre au lieu de partir en Syrie et en Irak pour combattre aux côtés de l’EI. Le gouvernement a de son côté indiqué qu’il poursuivrait sa guerre contre le terrorisme quoi qu’il arrive. Pour beaucoup d’expert, ce ralliement à l’EI n’est pas une surprise car cela fait déjà longtemps que le groupe Ansar Beit el-Maqdis témoignait de sa proximité avec les idées et projets de l’EI. D’autres experts craignent que la région du Sinaï ne se transforme en nouvel Irak.

– L’Association pour la Liberté de Pensée et d’Expression (Association for Freedom of Though and Expression – AFTE) a publié hier un rapport sur les conditions de travail des journalistes étrangers en Egypte depuis la révolution de janvier 2011, dénombrant 184 violations commises à leur encontre (attaques, emprisonnement, meurtre, harcèlement sexuel, viol). Le rapport mentionne aussi les difficultés quotidiennes rencontrées par les journalistes étrangers, notamment en ce qui concerne l’accès à l’information, le manque de coopération des institutions étatiques, l’acquisition de permis de travail officiels et donc de la protection légale qui les accompagne. 10 journalistes ont été tués en Egypte depuis 2011 et 14 sont actuellement en prison.

Revue de presse du 10 novembre

Aujourd’hui dans la presse égyptienne :

– l’étudiant arrêté hier près de l’Université du Caire en possession du livre 1984 de G. Orwell a bien arrêté car il filmait les forces de sécurité (ce qui n’est, au regard de plusieurs avocats, pas une raison suffisante pour l’arrêter pour que rien n’empêche officiellement de filmer dans les espaces publics). Les policiers ont mentionné le livre en écrivant leur rapport seulement en faisant les listes des objets en possession de l’étudiant, ceci étant visiblement la procédure habituelle. La personne en charge des investigations à elle-même avoué à la presse n’avoir jamais entendu parler du roman avant. Des documents à propos du djihadisme ont également été trouvé dans ses affaires. Selon certains avocats spécialisés dans les droits de l’homme, il est possible que ces éléments soient utilisés à charge contre lui s’il doit être jugé.

– le Front salafiste promet une révolution islamiste dans toute l’Egypte le 28 novembre prochain. Le coordinateur du Front a indiqué que les islamistes ont un plan pour faire face aux forces de l’ordre et que le 28 verrait se produire un « second Kandahar », faisant ici référence à des protestations islamistes de masse à l’époque du CSFA en 2011 pour appeler à l’application de la Sharia islamique. Les medias opposés aux groupes salafistes avaient surnommé ce mouvement Kandahar par rapport au bastion d’Al-Qaeda en Afghanistan.

– la deadline pour l’enregistrement des ONG auprès du gouvernement est demain. Selon Reuters, de nombreux activistes membres d’ONG ont commencé à détruire des documents et prévoient de rester enfermés chez eux dans les jours qui viennent. Beaucoup refusent encore d’enregistrer leurs ONG, considérant qu’il s’agirait d’une « peine de mort pour leur indépendance ». Selon un chercheur d’Amnesty International, même si la deadline n’est que demain, le mal est déjà fait, dans la mesure où le gouvernement est parvenu à instaurer un climat de peur qui empêche déjà les ONG de faire leur travail. Un article en français sur le sujet ici http://www.france24.com/fr/2014110-focus-egypte-ong-controle-enregistrement-liberte-sissi-freres-muslmans-lutte-terrorisme/?utm_medium=twitter&utm_source=dlvr.it

– le président égyptien reçoit aujourd’hui une délégation composée de 66 représentants d’entreprises américaines, emmenée par David Thorne, conseiller du ministère des affaires étrangères des Etats-Unis. Une série de discussion devrait avoir lieu aujourd’hui, incluant également les membres du Conseil américano-égyptien des affaires et de la chambre de commerce américaine du Caire.

– selon l’AFP, Ansar Beit al-Maqdis, le groupe terroriste basé dans le Sinaï, aurait cette fois réellement fait serment d’allégeance à l’Etat islamique, d’après un discours enregistré posté depuis le compte Twitter officiel du groupe. Un article est disponible en français ici http://www.lemonde.fr/international/article/2014/11/10/en-egypte-les-djihadistes-d-ansar-beit-al-maqdis-pretent-allegeance-a-l-ei_4520965_3210.html.

– selon Al-Masry Al-Youm, des sources ont indiqué que la ville de Rafah, actuellement en cours d’évacuation partielle pour établir une zone-tampon entre Gaza et le Sinaï, devrait en fait être complètement évacuée et rasée, puis reconstruite à environ 5 kilomètres de son emplacement d’origine. Ces 5 kilomètres de séparation avec la frontière deviendront un no man’s land pour des raisons de sécurité. Les sources ont indiqué que les maisons qui seraient reconstruites respecteraient les traditions et le mode de vie des Bédouins et qu’un important effort de construction d’infrastructures serait fourni, permettant d’offrir du travail à de nombreuses personnes.

Revue de presse du 9 novembre

Aujourd’hui dans la presse égyptienne :

– Un nouveau groupe terroriste, « Les lions de l’Etat islamique en Egypte », a revendiqué la responsabilité de l’attentat du 24 octobre dans le Sinaï, attentat qui avait fait 33 mort au sein des forces armées ainsi que 29 blessés. Dans une déclaration diffusée sur Twitter, le groupe a indiqué son affiliation à l’Etat islamique et menacé de lancer une guerre contre l’Egypte pour atteindre Jérusalem et la Maison Blanche. Des doutes subsistent cependant sur la véracité de la déclaration, qui n’a pas circulé selon les moyens habituels utilisés par les djihadistes.

– le 8, l’Egypte, Chypre et la Grèce se sont réunies lors d’un sommet de coopération au Caire. Outre le fait de constituer un franc pied de nez à la Turquie, ce sommet a permis aux trois pays de discuter d’un renforcement de leur coopération énergétique, l’Egypte ayant de forts besoins en gaz naturel.

– le Conseil des droits de l’homme a publié son rapport final sur la situation des droits de l’homme en Egypte. Il contient 300 recommandations. La plupart de ces recommandations sont liées à 3 sujets : la loi sur les ONG, la peine de mort et les mesures restrictives relatives aux manifestations et à la liberté d’expression.

– Le ministère de l’Intérieur dit avoir découvert un plan mis en œuvre par l’organisation internationale des Frères musulmans visant à financer des actes de sabotage. Plusieurs membres des Frères musulmans impliqué dans des comités de charité étaient chargés de détourner l’argent des dons reçus et de l’utiliser pour « semer le chaos ». Toujours selon le ministère, le plan des Frères était d’appeler les citoyens à manifester et d’utiliser l’argent pour inciter les étudiants de l’Université du Caire à poursuivre les manifestations, pour acquérir les matériaux nécessaires à la construction de bombes artisanales et préparer des pancartes et des bannières pour les manifestations. Plusieurs professeurs de l’Université du Caire ainsi qu’un étudiant ont été arrêtés. D’autres suspects auraient été arrêtés en possession de dynamite, d’explosifs et d’armes à feu.

– Le ministère de l’intérieur vient de terminer une campagne de 24h dans l’ensemble des gouvernorats d’Egypte visant les trafiquants d’armes et de drogues et un certain nombre d’autres criminels menaçant la sécurité des citoyens égyptiens. Cette campagne a conduit à la saisie de 83 armes à feu et 140 armes blanches, à l’arrestation de 184 personnes accusées de trafic de drogues et à la saisie de plusieurs dizaines de kilos de stupéfiants divers. Plusieurs gangs ont également été démontés, deux prisonniers échappés rattrapés, de même que 56 suspects dans diverses affaires qui étaient jusque là en fuite.

– Selon Al-Masry Al-Youm, un étudiant a été arrêté aujourd’hui près de l’Université du Caire car il était en possession du livre 1984 de G. Orwell, roman qui, entre autres, dénonce la tyrannie des systèmes autoritaires. Selon les forces de police, l’étudiant a été arrêté car il filmait les policiers. Cependant, il semble bien qu’il soit fait mention du roman et du fait qu’il parle de « régimes militaires corrompus » dans le rapport rédigé à la suite de l’arrestation.

– le procès en appel des 23 personnes, dont les activistes Yara Sallam et Sanaa Seif, accusées d’avoir violé la loi sur les manifestations le 23 décembre dernier, a commencé aujourd’hui. Ils ont été condamnés à trois ans de prison le 26 octobre.

En bonus, un bon article  (en anglais) du Middle East Monitor qui traite de l’alliance militaire en cours de négociations entre Egypte, Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis et Koweit et propose une comparaison intéressante avec l’Europe post-révolution française : https://www.middleeastmonitor.com/articles/middle-east/15161-the-middle-easts-holy-alliance

Revue de presse du 6 novembre

Dans la presse en Egypte aujourd’hui :

– le Président Sissi a demandé au gouvernement de préparer de toute urgence un plan national pour lutter contre les accidents de la route, à la suite de l’accident d’hier entre un bus d’étudiants et un camion transportant de l’essence. Il a demandé au Conseil Spécialisé pour le Développement Communautaire de produire un rapport dans les 15 jours, et également demandé que les sanctions relatives aux violations du code de la route soient mieux appliquées et durcies. Le loi sur la circulation devrait être amendée pour renforcer les sanctions à l’encontre notamment des conducteurs sous l’emprise de la drogue ou de l’alcool.

– le Président Sissi a nommé hier par décret un nouveau conseiller spécial pour les affaires de sécurité et la lutte contre le terrorisme, Ahmed Gamal el-Din (Ministre de l’Intérieur sous Morsi), ainsi qu’une nouvelle conseillère pour la sécurité nationale, Fayza Abou el-Naga, ancienne ministre de la coopération internationale . Cette nomination est vue par certains comme une déclaration de guerre à la société civile et un pied-de-nez aux Etats-Unis dans le contexte actuel, car Abou el-Naga est notamment connue pour avoir été la principale responsable d’un recours en justice contre 43 membres d’ONG travaillant en Egypte sans licence officielle le 6 février 2012 (beaucoup d’ONG n’étaient pas officiellement enregistrées à l’époque), ce qui avait contribué à une montée des tensions entre Egypte et Etats-Unis.

– Le département législatif du Conseil d’Etat a reçu hier un projet de loi soumis par le cabinet qui vise à interdire les nouvelles concernant l’armée. Le Conseil est censé vérifier la constitutionnalité de la loi. Un article stipule la nécessité de demander l’autorisation préalable des forces armées avant de diffuser des nouvelles concernant ses troupes, ses mouvements et ses équipements, et impose des sanctions de 6 mois à 5 ans de prison et 100 à 500 livres égyptiennes d’amende en cas de non-respect. Le projet précise que ces informations sont vitales pour la sécurité de l’Etat et requièrent donc de rester secrètes pour éviter qu’elles ne parviennent aux oreilles de personnes qui pourraient les utiliser contre l’Etat.

– Un grand nombre de journalistes ont formé un front pour dénoncer la tendance des journaux à s’auto-censurer et s’abstenir de critiquer le gouvernement au nom de leur soutien à la lutte contre le terrorisme. Plus de 600 journalistes ont signé une pétition condamnant une réunion en Octobre d’éditeurs en chef de journaux privés d’Etat, lors duquel ils ont décidé de s’abstenir de toute critique sur des questions qui pourraient nuire aux institutions étatiques et ont affirmé leur soutien à l’Etat contre le terrorisme.

– l’Egypte et les pays du Golfe réfléchiraient à la création d’une alliance militaire arabe pour lutter contre le terrorisme dans la région. L’ancien chef des renseignements militaires égyptiens, le Général Kamel Amer, a appelé ce matin à l’accélération de la mise en place d’une telle alliance pour garantir la sécurité et la stabilité de la région, précisant que les pays arabes n’avaient pas besoin des Etats-Unis ou d’autres pays pour ce faire, d’autant plus que ces pays n’agissaient que selon leurs intérêts propres.

– une bombe a explosé dans un wagon de train à la gare de Menufiya, une ville au Nord du Caire, tuant deux policiers et faisant huit blessés. Personne n’a encore clamé la responsabilité de l’attentat.

– les fondateurs du mouvement Tamarod (mouvement qui avait lancé la pétition contre Morsi et largement contribué à la préparation et au succès des manifestations du 30 juin) ont aujourd’hui déposé un dossier officiel pour pouvoir former un parti politique.

– à noter : deux éditoriaux de journaux américains, le premier dans le Washington Post du 28 octobre intitulé « Arrêter les aides au régime répressif égyptien » (http://www.washingtonpost.com/opinions/stop-us-support-for-the-repressive-regime-in-egypt/2014/10/28/0c871dca-5ebd-11e4-8b9e-2ccdac31a031_story.html) et le second dans le New York Time du 4 octobre intitulé « Réduire l’aide militaire à l’Egypte ». Ces deux éditos dénoncent avec force la répression qui sévit en Egypte et demandent au gouvernement américain de réagir en conséquence, en coupant les aides au gouvernement et à l’armée. Les réactions à ces éditos en Egypte, dans quelques journaux, mais surtout sur les réseaux sociaux, sont assez virulentes. Certaines témoignent d’une forme d’hystérie anti-américaine, d’autres insistent vivement sur la nécessité pour les US de maintenir leur aide en Egypte. Plusieurs articles ont d’ailleurs été écrit en réponse sur le sujet (http://azzasedky.typepad.com/egypt/2014/11/dont-cut-aid-to-egypt-la-times.html, http://www.amwalalghad.com/en/citizen-journalism/blogging/30860-why-it-would-be-a-big-mistake-for-the-us-to-cut-aid-to-egypt.html). Certaines rumeurs ont même circulé, notamment sur la chaine ON TV disant que le Washington Post est financé par les Frères musulmans, ce qui serait la raison de l’édito.