Point sur l’attentat du 24 octobre dans le Sinaï et ses retombées

Le vendredi 24 octobre, 30 personnes, essentiellement des soldats de l’armée égyptienne, ont été tuées et plus de 25 personnes blessées lors d’un attentat à la voiture piégée dans la zone de el-Kharouba au nord-ouest d’el-Arish. L’attaque visait deux véhicules blindés à proximité d’un checkpoint situé près d’installations de l’armée. Ces véhicules contenaient vraisemblablement des munitions et des armes lourdes, ce qui expliquerait la violence de l’explosion. Un responsable de l’armée dans le Sinaï a indiqué que des lances-roquettes auraient été utilisés par les attaquants après l’explosion, en particulier pour viser les secours. D’autres responsables n’ont cependant fait aucune mention de cet élément. Quelques heures plus tard, un homme a ouvert le feu sur un checkpoint à el-Arish, faisant trois morts parmi les membres des forces de sécurité présents.

Bien que l’attentat n’ait pas encore été officiellement revendiqué, il semble s’inscrire dans la suite d’une série d’autres attentats perpétrés par des groupes militants islamistes implantés dans le Sinaï, dont le plus tristement connu est actuellement Ansar Beit el-Maqdis. Ces groupes islamistes affrontent les forces de sécurité dans le Sinaï, région historiquement négligée par les autorités, depuis plus d’une dizaine d’années, mais la violence a connu un pic après la chute de Mohamed Morsi en juillet 2013. Certains militants ont décrits ces attaques comme des représailles à la forte représsion menées par les forces de l’ordre qui sévit en Egypte depuis un an, et qui a conduit entre autres à la mort et l’emprisonnement de plusieurs centaines de supporters de Morsi et d’islamistes. Cet attentat est le plus meurtrier de l’après-Morsi.

Mesures prises par les autorités en réponse à l’attaque :

Le samedi 25 octobre, l’Egypte a instauré l’état d’urgence pour trois mois au nord et au centre de la péninsule du Sinaï. Un couvre-feu de 5 heure du soir à 7 heure du matin a également été instauré dans la zone la plus sensible au nord.

Le 27 octobre, l’agence de presse égyptienne MENA a fait état d’attaques aériennes menées par les forces armées égyptiennes depuis un hélicoptère apache dans le Sinaï contre les perpétrateurs de ces attentats. Selon l’agence, deux des reponsables supposées de l’attentat auraient été tués lors de ces attaques. Le porte-parole officielle des forces armées n’a cependant pas confirmé l’information.

Réaction de la présidence de la république :

Le président Abdel Fattah el-Sisi a réagi à cette attaque en évoquant une menace terroriste menaçant l’existence de l’Egypte et condamnant une opération »financée par des fonds étranger ». Lors d’un discours avant les funérailles des soldats tués lors de l’attentat, il a en particulier insisté sur le fait que des puissances étrangères souhaitent faire courber le dos à l’Egypte et sur l’existence d’un « grand complot » contre l’Egypte et les Egyptiens. Il a promis de prendre des mesures drastiques pour lutter contre les groupes armées, appelant également les Egyptiens à rester vigilants et fidèles à l’armée et à la police.

Au delà de la rhétorique du complot et de la guerre contre le terrorisme largement utilisée ces derniers temps en Egypte, les réponses du Président à l’attaque du 24 octobre pourraient avoir des conséquences dangereuses pour les libertés publiques dans tous le pays, en particulier étant donné le rétrecissement démocratique dont le pays est témoin depuis quelques mois (répression, condamnation de militants progressistes et de journalistes, absence de date précise pour les élections parlementaires, menaces sur les ONG…).

Réaction des Frères Musulmans :

Dans un communiqué daté du 26 octobre, les Frères musulmans ont condamné ces attaques, qu’ils ont qualifiées de « massacres », et ont exprimé leurs condoléances aux familles des victimes. Ils ont également précisé qu’ils tiennent pour responsables de ces attaques les autorités et leur échec persistant dans les domaines sécuritaire, économique et sociale, échec s’avérant particulièrement flagrant dans la région du Sinaï.

Réactions diverses sur les réseaux sociaux :

Dans une Egypte assez fortement divisée politiquement, trois types de réactions à l’attaque peuvent être distingués sur les réseaux sociaux :

– les « pro-armé » font part de leur soutien à l’armée, et postent essentiellement des messages de deuil, de solidarité et de soutien à l’armée et au président Sisi ;

– les révolutionnaires anti-armée appellent le régime à assumer sa responsabilité politique liée au fait qu’il n’ait pas pu empêcher l’attentat, et dénoncent ces attaques comme le produit logique de la répression mise en oeuvre par les autorités ;

– du côté de l’opposition islamiste, on retrouve le même genre d’arguments et une condamnation forte de la répression et du rôle de l’armée (appelée la « junte militaire » dans les dits et écrits de la plupart des islamistes). Le « Front égyptien de libération » (front formé au début du mois d’octobre par diverses mouvances islamistes) a fait circuler un tract sur les réseaux sociaux qui fait état d’un compte à rebours de 91 jours demandant de mettre un terme aux tentatives de division de l’Egypte, au meurtre d’innocents, à l’exploitation et à la tromperie des soldats et à l’action nuisible de certains dirigeants de l’armée.

Références :

http://www.aljazeera.com/news/middleeast/2014/10/egypt-blames-foreign-hands-sinai-attacks-20141025212950330850.html

http://www.theguardian.com/world/2014/oct/25/egypt-declares-state-of-emergency-in-sinai-after-checkpoint-bombing

http://uk.reuters.com/article/2014/10/26/uk-egypt-brotherhood-idUKKBN0IF08B20141026?rpc=401

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s